Observer les baleines à Madagascar

 

Pour une meilleure connaissance des stratégies de promotion de l’écotourisme responsable à Madagascar aux fins de doter les acteurs dans ce domaine d’un outil efficace pour attirer les touristes tout en respectant l’environnement naturel des mammifères marins.

 

 

La baleine à bosse, Megaptera novaeangliae, est l’espèce de Mysticètes (baleine à fanons) la plus répandue et la plus étudiée dans le monde (Clapham, 2008) et est l’une des espèces qui a été très affectée par la chasse. De nombreuses populations de baleine à bosse ont été réduites de 90% de leur taille initiale (Clapham et al., 1999). Une des mesures de protection des baleines est la création de sanctuaires dans leurs zones de fréquentation. Le sanctuaire « océan indien » a été créé en 1979 mais la chasse commerciale ne fut interdite qu’à partir de 1986 (Darmangeat et al., 1999). L’alternative au moratoire est la mise en place des activités d’observation des baleines dans leur milieu naturel, plus connu sous le terme anglais « Whale watching ». L’écotourisme baleinier joue un rôle considérable dans la valorisation de ces animaux et constitue une source de revenus pour les régions concernées. En effet, il rapporte 2,1 milliards de dollars/an regroupant 90 nations et fait participer plus de 13 millions de personnes (IFAW, 2012). Etant une alternative à la chasse baleinière grâce aux bénéfices qu’elle génère du point de vue éducatif, touristique, culturel et scientifique, le « Whale watching » a connu une grande expansion à partir de 1990 et contribue aux flux et aux stocks financiers de l’économie des zones côtières. Selon l’IFAW (2012), l’industrie d’observation des baleines est en pleine croissance depuis 1998. Le nombre de touristes observateurs de baleines a triplé en passant de 4 000 touristes en 1998 à environ 16 000 touristes en 2008, représentant une croissance annuelle de 14,8%.

Pour Madagascar, ce nombre est synchronisé à la croissance annuelle du nombre de touristes qui est de 13,2% entre 1995 et 2004 (O’Connor et al., 2009). Le tourisme est une des activités économiques les plus importantes pour Madagascar. Il est une des premières sources de devises du pays.

 

Présentation de l’association Céta Mada : Association pour la protection des mammifères marins autour de Madagascar. C’est en mai 2009, que des passionnés par les mammifères marins, ont créé l’association de droit malgache : CétaMada. Cette association a pour objectif la protection des mammifères marins et de leur habitat par l’étude et la sensibilisation. Notre mission est la diffusion d’un code de bonne conduite et un soutien au développement d’activités économiques autour des mammifères...

http://cetamada.com/